Sans concertation, le gouvernement supprime au creux de l’été 2017, 150 000 emplois aidés et il continuera en 2018 avec 110 000 supplémentaires. Ils étaient instaurés depuis les années 80.
 
L’état favorisait et subventionnait ces emplois en partie.
 
Qu’est ce que les emplois aidés ?
 
-Le contrat unique d’insertion- contrat d’accompagnement dans l’emploi (CUI- CAE) C’est un contrat aidé dans le secteur marchand qui facilite, grâce à une aide financière pour l’employeur, l’accès durable à l’emploi des personnes sans emploi.
 
-Le contrat unique d’insertion, contrat initiative emploi (CUI- CIE) pour des personnes rencontrant des difficultés sociales.
 
-Le contrat starter et les emplois d’avenir….Voir le lien pour en savoir plus :
 
travail-emploi.gouv.fr/emploi/insertion-dans-l-emploi/contrats-aidés/
 
C’est à la fin des années 1990 plus précisément 1997 que les emplois aidés connaissaient leur plus grand succès. Ils sont en hausse dès la montée du chômage.
 
Qui en bénéficiait ?
 
Les plus concernés des jeunes écartés du monde du travail, les chômeurs de longue durée, les seniors exclus du marché du travail.
 
Que se passe-t-il « chez nous » comme disent les Cauchois, en Haute-Normandie ?
 
Une situation dramatique pour les employeurs et employés. Des dégâts inhumains comme dans le milieu hospitalier à Fécamp, les travailleurs sont « jetés » du jour au lendemain. Un employé Rouennais déménage pour s’installer à Marseille mais son contrat est supprimé. Une employée vient d’Aix-en- Provence avec ses deux enfants. Elle emménage au Havre, inscrit ses enfants à l’école pour se retrouver quelques jours plus tard au chômage. Vie associative dans l’animation menacée à Fécamp, baisse de subventions, plan de solidarité, social et solidaire supprimés : des employeurs sont sous le choc, sans contrat ils doivent restreindre leurs activités. Des postes supprimés dans l’Education Nationale, moins de postes d’accompagnement d’élèves en situation de handicap, moins d’animations pour les activités périscolaires, de surveillants, d’aide administrative.
 
Que va dire Muriel Pénicaud ?
 
– Ils sont « coûteux » et « inefficaces ».
 
Que va dire Emmanuel Macron ?
 
« Les emplois aidés ont été « trop souvent » une perversion de la politique de l’emploi, de la subversion déguisée vers les collectivités locales ou le secteur associatif ».
 
La France insoumise : « C’est un sale coup d’état social »
 
François Ruffin, député (LFI) 1 ère circonscription de la somme lance une pétition « rends les contrats aidés ».
 
« Nous refusons dit-il ,que le gouvernement vienne faire de minables économies sur le dos des plus faibles » ; « Une vraie saignée » (Voir Vidéo YouTube du 6 Sept 2017).
 
Adrien Quatennens député (LFI) 1ère circonscription du Nord questionne le premier ministre le 31 Octobre 2017.
 
« …De nombreux acteurs locaux, présidents d’associations, représentants de centres sociaux, directeurs d’écoles primaires lui ont fait part de leurs fortes inquiétudes quant à la pérennité de leurs activités qu’ils assumaient jusqu’alors. Une étude de la DARES (direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques) publié en Mars 2017, montre cependant que 57% des emplois aidés dans le secteur marchand aboutissent dans les six mois à un emploi durable »…
 
(Toujours pas de réponse du premier ministre !)
 
Jean-Luc Mélenchon député (LFI) 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône et député européen.
 
« C’est un désastre humain, économique et pour la vie sociale »
 
Voir Question écrite N° 857 Assemblée nationale de Jean-Luc Mélenchon à Madame la Ministre du travail sur la baisse des contrats aidés décidée par le Gouvernement.
 
« 150 000 personnes sont foutues dehors ! »

« C’est un désastre humain, économique et pour la vie sociale »

Pour aller plus loin, consultez le livret « L’emploi pour tous » de la France Insoumise en cliquant ici.