Dans les années 2000, Jospin et Ayrault (PS) avaient réactivé le dossier de la construction de l’aéroport de Notre Dame des Landes.
 
A ce jour et après (enfin !) l’annulation de ce projet néfaste pour l’environnement, S. Travert, ministre de l’agriculture annonce y redéployer l’agriculture biologique.
 
Méfiance ! Après avoir supprimé les aides au maintien des agriculteurs bio et défendu le glyphosate, comme tous les autres produits herbicides, Saint Girouette deviendrait donc « Saint Bio » ? En tous cas, l’occasion lui est donné de développer une agriculture locale de qualité, notamment pour les cantines nantaises.
En tous cas, faire des produits bio, c’est donc possible !
 
Cela dit globalement, le Premier Ministre affiche un objectif volontaire jusqu’en 2022 : 50 % de produits bio ou de qualité dans les cantines publiques. Mais qui sont alors les 50 % restants qui continueront à très mal manger ? Pourquoi ne pas s’engager sur du 100% bio dès maintenant pour le moins dans la sphère publique ? Et après 2022 ?
Quelques lobbyings restent donc à ne pas mécontenter, je suppose ! Jusqu’à quand allons-nous devoir « nourrir » ces prédateurs ?
 
Rappelons surtout le danger essentiel : les produits agricoles actuellement consommés génèrent des maladies connues mais aussi nouvelles, dont bonnes parties restent totalement incurables ! Déjà un nouveau proverbe à consonance médicale : Dis-moi ce que tu manges, je te dirais tes maladies » ?
 
En tous cas, bravo aux Zadistes pour leur courage, leur résistance et leur détermination contre l’artificialisation de 1600 hectares et la cupidité marchande et politique !
 
Le défi prioritaire du monde n’est-il pas de protéger l’environnement ?
 
Pour en savoir plus, consultez le livret thématique « Pour une agriculture écologique et paysanne »
https://avenirencommun.fr/livret-agriculture/