Vous saviez sans doute qu’en France, le « désert médical » paralyse notre population. Cette pénurie est la conséquence de la baisse d’effectif des généralistes. L’hexagone compte aujourd’hui en moyenne 330 médecins pour 100 000 habitants alors que nous sommes dans le rouge à partir de 250 médecins pour le même nombre d’habitants.
 
« Ce sont les périphéries urbaines les plus touchées; les grandes villes ne sont pas épargnées à cause du prix élevé de ses loyers . Cette inégale répartition explique en partie le fait que les médecins nouvellement diplômés ne s’établissent que très peu en zones rurales »
 
Le Monde du 28 Décembre 2017 critique la situation des inégalités régionales. Certains départements ruraux et des banlieues pauvres n’ont plus le moindre praticien, tandis que les villes riches sont largement dotées.
 
Entre 2007 et 2017, le nombre de spécialistes de la santé des femmes (contraception, troubles du cycle, ménopause, stérilité, diagnostic et suivi des tumeurs) a chuté de 41,6 %. Aujourd’hui 1136, ils pourraient ne plus être que 531 en 2025. Face à cette pénurie, des femmes renoncent à se soigner.
 
Dans certains départements, souvent des « déserts médicaux » les délais d’attente pour obtenir un rendez-vous s’allongent et pour une consultation chez un spécialiste, ophtalmologue par exemple, il faut attendre voir patienter de longs mois.
 
Que se passe-il dans notre région ?
 
La Haute Normandie est moins touchée que l’Eure sur la baisse de médecins généralistes. En Seine Maritime, les grandes agglomérations résistent bien, au détriment des zones plus rurales. Une nette baisse de médecins généralistes en 2018 (1653 en 2014 à 1577 en 2018). Les médecins sont âgés en moyenne de 60 ans et plus, représentant 24,4 % des effectifs, les moins de 40 ans représentant 16,3 % de l’ensemble des actifs réguliers.
 
Il faut savoir qu’en Haute Normandie à l’horizon 2040, près de 10% de la population aura plus de 80 ans contre moins de 5 % en 2010.
Une politique de santé est urgente et préoccupante en terme d’indicateurs démographiques, sociaux, d’offre de soins ou bien encore d’état de santé.
 
Si le vieillissement de la population pose des problèmes, que comptent faire nos Politiques ? Il y a une situation sanitaire alarmante avec une surmortalité générale de près de 8 % par rapport à la moyenne nationale (10 % chez les hommes et 6 % chez les femmes) tous âges confondus et de 16 % si l’on considère les Haut Normands âgés de moins de 65 ans.
 
C’est la conséquence d’une offre de soin déficitaire en professionnels de santé libéraux (médecins généralistes, spécialistes, chirurgiens, dentistes…) mais aussi de lits et places d’hospitalisation qui induisent des difficultés d’accès aux soins et de prise en charge.
 
A Fécamp et ses environs, l’absence de services médicaux reste préoccupante.
Y aurait-il un manque d’intérêt de l’avenir médical ?
Des médecins auraient-ils oubliés de former des stagiaires ?
 
Le cabinet individuel tend à disparaître au profit de cabinets groupés.
La technique médicale, sa complexité et l’obsolescence de l’exercice de la pratique médicale qui existait au siècle précédent n’auraient plus lieu d’être.
 
Que ce soit en établissement public ou privé, les médecins travaillent en équipe pluridisciplinaire (exemple : en cancérologie). On trouve également une volonté de développer la « télémédecine » qui équivaut à une consultation à distance par des moyens numériques. L’une des mesures du gouvernement les plus attendues concernent sans doute l’évolution du numerus clausus, en latin « nombre fermé », qui limite le nombre d’étudiants acceptés en deuxième année de médecine.
 
En effet, si ce dernier avait très faiblement augmenté en Janvier 2017, Agnès Buzyn, ministre de la santé, a dans une interview accordée au journal Ouest-France, annoncé que le Gouvernement n’avait pas encore pris de décision sur ce point, car selon elle « si on prend une décision maintenant, on risque d’avoir mal anticipé les besoins de demain ».
 
Mais pourquoi les centres médicaux privés ont-ils la liberté de s’installer là où ils veulent ? Cette libre installation entraîne des conséquences dramatiques au soin. Exemple : à Etretat, un opposant politique médecin a décidé de créer à Criquetot-L’Esneval un centre médical. Les autres médecins l’ont suivi bien que le Maire d’Etretat ait tout fait pour les retenir.
 
L’état par l’intermédiaire de la Préfecture veille à ce que la Population ne manque jamais de pain mais la population doit-elle  s’habituer à l’absence de service médical ?
 
(Sources pour ce « saviez-vous » Le journal Le Monde, l’Actu 76, L’Petit mardi)
 
 
Pour en savoir plus, consultez le livret thématique « la santé, notre bien commun » !
https://avenirencommun.fr/le-livret-sante/