Alors qu’au fil des ans la situation du territoire de santé de Fécamp ne fait que se dégrader avec des départs de médecins généralistes et spécialistes non remplacés, l’Agence Régionale de Santé (ARS), nommée par le gouvernement, y voit une amélioration !

Cette vision au prisme de gestionnaires aux ordres de la rigueur gouvernementale surprend les élus locaux plus spectateurs qu’acteurs et révolte les citoyens qui voient les services publics de proximité, y compris celui de la santé, se dégrader sous le coup des politiques sociales-libérales qui conduisent la France dans le m
 
Le Collectif Un médecin pour chacun qui s’est battu en 2012 pour obtenir le classement de Fécamp en zone médicale prioritaire y voit un coup de poignard dans le dos.
 
Les Insoumis de la 9e circonscription trouvent l’expression bien à propos pour qualifier ce classement aberrant ! Deux médecins généralistes non remplacés à Valmont, un à Fécamp depuis 2012 et le départ en retraite d’un tiers des généralistes dans les trois ans… l’ARS n’y voit qu’une amélioration de la situation.
De plus, le déclassement est lourd de conséquence, à commencer par la perte des 50 000 euros de subvention qui étaient offerts à tout médecin s’installant dans une zone déficitaire.
 
Sous la pression du collectif, feue la Communauté de communes de Fécamp, avait pris la compétence santé et œuvré à l’ouverture d’un centre de santé public au 1er septembre 2014. Le changement de majorité à la tête de la collectivité devenue Agglomération Fécamp Caux Littoral, n’a pas arrangé les choses. Le centre de santé qui devait être pluridisciplinaire et recruter trois généralistes (c’était l’engagement des élus), stagne avec deux équivalents temps plein en médecine générale. Il faut une bonne loupe pour scruter les actions entreprises par les élus pour le recrutement de médecins salariés.
 
Beaucoup plus visible est l’action engagée par la collectivité pour la création d’une Maison médicale
pluridisciplinaire, portée par des médecins libéraux beaucoup plus en adéquation avec sa couleur politique.
L’Agglo a inscrit un budget de 2,5 millions d’euros mais la difficulté de ce projet, c’est qu’il doit être porté par un praticien. Pour qui connaît bien la situation locale des professionnels de santé, la perle rare prête à s’investir en tant que coordinateur du projet est loin d’être trouvée !
 
Aberration encore… Le territoire de santé de Fécamp n’est pas la seule victime de l’ARS. Le nouveau zonage touche Bolbec et Lillebonne de manière toute aussi aberrante. Bolbec qui était classée en zone prioritaire figure désormais comme Fécamp en zone d’action complémentaire. Lillebonne intègre le classement en zone prioritaire alors que sa situation est nettement meilleure ! Les chiffres parlent d’eux-mêmes mais l’ARS n’en fait pas la même lecture. A Lillebonne, il y a dix médecins pour 9 018 habitants, soit 11,08 médecins pour 10 000 habitants. A Bolbec, on compte six généralistes pour 11 872 habitants, soit 5,05 pour 10 000 habitants.
Pourquoi Lillebonne, qui a le double de médecins que Bolbec pour 10 000 habitants, est-il prioritaire ?
L’ARS applique un mode de calcul qui échappe à tous !
 
 
Insoumis et force de proposition. Les Insoumis de la 9e circonscription, tiennent à rappeler que la santé tient une place importante dans le programme L’Avenir en commun et son livret thématique associé
 
« La santé notre bien commun »https://avenirencommun.fr/le-livret-sante/
 
La création d’un corps de médecins généralistes fonctionnaires rémunérés pendant leurs études, est une solution toujours d’actualité pour pallier l’insuffisance de praticiens dans les déserts médicaux.
 
 
Pour rejoindre le collectif Un médecin pour chacun, envoyez un mail à unmedecinpourchacun@laposte.net.
 
Signez la pétition « Non aux déserts médicaux dans l’agglomération fécampoise »
 
https://www.petitions24.net/un_medecin_pour_chacun non_aux_desert_medicaux_dans_lagglomeration_fecampoise