Hélas les coquelicots se font rares ! Cette jolie fleur rouge aux fragiles pétales de soie ne survit, au mieux, qu’en bordure des champs, là où quelques graines ont été épargnées lors des épandages d’herbicide et de pesticide.
 
En 2017 l’interdiction des pesticides nuisibles (glyphosate, néonicotinoïdes etc.) et autres engrais de synthèse figurait au programme de la France Insoumise. Plus récemment les députés FI ont, en vain, renouvelé cette exigence en proposant l’interdiction immédiate du glyphosate. Le gouvernement et les députés LREM** ont rejeté cette proposition!
 
Aujourd’hui ces poisons qui détruisent l’écosystème, la santé des consommateurs et des paysans, jusqu’à faire disparaître de nombreuses espèces d’insectes, sont condamnés à 87 % par les Français. Leur nocivité est démontrée et dénoncée notamment par l’OMS (organisation mondiale de la santé) pour la multiplication des cancers. Des tests urinaires à grande échelle ont révélé la présence de glyphosate dans les urines de TOUS les Français et jusque dans les couches pour bébés.
 
Le 27 novembre 2017 l’Union Européenne, Ô scandale, a renouvelé pour 5 ans l’utilisation du Glyphosate, autrement dit elle a prolongé le permis de tuer ! E. Macron a alors cru bon de s’engager pour une sortie d’ici à 3 ans, à savoir le 27 novembre 2020. Or récemment, il est revenu sur cet engagement et les députés-godillots LREM* ont refusé d’inscrire dans la loi une sortie…en 2021.
 
Au mieux la fin du glyphosate n’interviendrait donc qu’en 2022 ! Le prétexte invoqué à ces reports, mis en avant par les lobbies de l’agro- business, serait de permettre à l’agriculture de trouver des produits de substitution. Or, on sait que que de nombreuses alternatives existent. Elles sont d’ailleurs déjà largement mises en œuvre par des agriculteurs, nombreux à s’orienter vers une agriculture bio assurant une alimentation saine aux consommateurs. Cette agriculture il est vrai est plus exigeante en main-d’oeuvre. d’où la nécessité à la fois de réformer la PAC et pour l’État d’accompagner cette transition en aidant les agriculteurs.
 
« NOUS VOULONS DES COQUELICOTS » La france Insoumise n’est pas isolée dans la lutte contre le glyphosate. En septembre 2018, à l’initiative de REPORTERRE, un groupe de bénévoles a créé l’association « Nous voulons des coquelicots » et lancé un appel et une pétition dont l’objectif est d’atteindre 5 millions de signatures.
 
 
Signez et faites signer l’appel !

 

Rendez-vous tous les premiers vendredi de chaque mois, à 18 h 30 devant la Mairie de Fécamp.


** la députée de notre circonscription Mme Kerbarh appartient au groupe LREM de l’Assemblée Nationale. A ce titre elle est co-responsable des conséquences sur notre santé de la prolongation de l’utilisation du glyphosate


Pour en  savoir plus sur les propositions de la France Insoumise, consultez le livret  : Pour une agriculture écologique et paysanne
 

Il a été préparé par un groupe de travail animé par Laurent Levard, agro-économiste, et Eve Saymard, agronome.