Quelle bonne idée d’avoir lancé un appel pour partager cette séance de cinéma entre Insoumis et sympathisants ! Heureux aussi de retrouver des visages amis dans une salle bien remplie…
 
Un grand moment de cinéma que cet hommage aux Gilets Jaunes que le gouvernement et la caste médiatique en bon chien de garde, salissent honteusement et diabolisent sans vraiment les connaître.
 
Les situations de galère, la grande misère de « Ceux qui ne sont rien » comme dit le Président et que François Ruffin a rencontrés sur les ronds-points, lieux d’une convivialité et de solidarité retrouvées, nous touchent et nous émeuvent.
 
Ce mouvement des Gilets Jaunes a permis de passer d’une honte privée à une colère publique. Ces femmes et ces hommes, ces invisibles touchés par une grande misère, ont retrouvé un peu de dignité en osant s’exprimer face à la caméra de Gilles Perret et dire la vie de galère qu’ils mènent et dans laquelle ils se débattent pour au moins arriver à vivre dignement.
 
Merci à François Ruffin et Gilles Perret pour ce film touchant de sincérité, très réaliste de la vie de tous les jours de millions de personnes, sans jugement, ni politique.
 
Puisse la petite porte entrouverte vers le soleil qu’espèrent les Gilets Jaunes, être aussi proche que possible ! Espérons aussi que nombre de ces personnes n’aillent pas rejoindre l’abstention ou s’égarer vers un vote extrême.
 
Espérons que le 26 mai, les Gilets Jaunes ne laisseront pas Emmanuel Macron remporter la bataille et qu’ils se rappelleront que les propositions qu’ils ont mises sur la table font écho aux propositions de La France Insoumise, que ce soit en matière de partage des richesses ou de partage du pouvoir.