Face au capitalisme qui détruit autant la planète que les humains, la gratuité sera-t-elle la réponse à la crise systémique dans laquelle nous sommes englués ? C’est à cette question que tente de répondre Paul Ariès dans son dernier ouvrage Gratuité vs capitalisme en proposant une alternative à la hauteur des enjeux.
 
Parce que le vieux monde crève de la marchandisation systématique de tout ce qui peut l’être et sacrifie le climat, les écosystèmes et bon nombre d’êtres humains, ce fervent défenseur de l’écologie du bien vivre nous propose non pas un changement de politique ou de société mais un changement de civilisation, pas moins, celle de la gratuité économiquement, socialement, écologiquement et politiquement construite.
 
Ni utopiste ni doux rêveur, Paul Ariès rend compte de toutes les formes de gratuité existantes et à développer dans une perspective d’égalité sociale, de préservation du climat et des écosystèmes et de démocratie réelle. En France et à l’étranger, les initiatives réussies sont multiples : gratuité de l’eau et de l’énergie élémentaire, des transports en commun urbains, de la restauration scolaire, des services culturels et funéraires, de la santé et même du beau…
 
Pour ceux qui penseraient que le revenu universel serait la bonne porte de sortie, l’auteur, directeur de l’Observatoire International de la Gratuité, préfère « la défense et l’extension de la sphère de la gratuité car elle seule donne à chacun de quoi vivre bien, même sans emploi, tout en commençant à sortir du capitalisme, du productivisme, d’une conception verticale du pouvoir ».
 
Et aux adversaires qui disent que la gratuité conduirait au gaspillage, Paul Ariès rappelle que l’agriculture mondiale est marchande et que l’on gaspille le tiers de ce qui est produit ! Les villes, pratiquant la gratuité de l’eau vitale, prouvent que loin de consommer davantage, les usagers apprennent à différencier les usages. Pourquoi payer son eau le même prix pour son ménage et sa piscine ? Ce qui vaut pour l’eau vaut pour tous les services publics et les communs.
 
Le lecteur enthousiaste de ce livre plaidoyer vous invite, comme l’auteur, à faire de la défense et de la promotion de la sphère de la gratuité un enjeu essentiel des prochaines élections municipales ! 
 
(*) Paul Ariès, Gratuité vs capitalisme, Editions Larousse, septembre 2018, 399 pages. 
 
Voir aussi, L’Heure du Peuple, « La gratuité coûte souvent moins cher ! »