Réunion publique du 17 octobre 2019 à BOLBEC –  Élections municipales mars 2020.

Quelques mots d’accueil par RACHID CHEBLI, conseiller municipal Insoumis Bolbec depuis 2001…

Réunion publique du 17 octobre 2019 à BOLBEC
 

Bonjour à tous,

 

Je suis très heureux de vous accueillir dans cette salle Rabelais pour cette réunion publique, la première d’une longue liste de ces réunions qui jalonneront ce chemin qui nous conduira tous ensemble à la mairie de Bolbec en mars 2020.
Merci d’être là !

 

Si vous êtes là, c’est que nous avons cet intérêt en commun pour cette ville de Bolbec que nous aimons et pour laquelle nous voulons construire un avenir, un avenir en commun.

 

Je vous rassure, je ne vais pas faire un trop long discours, pour une raison simple, nous avons voulu cette réunion comme un échange au cours duquel nous allons apprendre à mieux nous connaître, où nous vous dirons la manière dont nous avons l’intention de travailler avec vous tout au long de ces années de mandat, mais surtout pour que vous nous disiez ce que vous souhaitez pour notre ville et dans quelle direction vous voulez voir notre ville se diriger.Mais pas seulement.

 

Je ne vais pas vous le cacher : ma liste n’est pas figée et mon programme n’est pas arrêté. Cela ne veut pas dire que nous n’avons personne ni que nous n’avons pas d’idées, non ! Cela signifie seulement que nous voulons prendre notre temps d’aller à la rencontre de celles et ceux qui souhaitent s’engager à nos côtés et celles et ceux qui ne souhaitent pas forcément figurer sur une liste mais qui veulent que l’on tienne compte de leurs idées.

 
Bien sûr, en tant que candidat sérieux à la mairie, j’ai déjà un nombre conséquent de Bolbécais autour de moi, prêts à me suivre, dont je connais certains depuis très longtemps et d’autres dont je viens de faire la connaissance, au cours des derniers mois où j’ai sillonné la ville, à votre rencontre.
 

A toutes celles-là et à tous ceux-là, qui nous ont rejoints depuis peu ou qui nous rejoindront bientôt, je veux dire qu’ils sont les bienvenus parmi nous ! Car notre liste est une liste ouverte. Mais je veux être franc avec vous et je ne veux pas vous mentir : notre liste sera une liste clairement de gauche. A l’heure où l’on nous dit que la
gauche et la droite ne veulent plus rien dire, moi, je prétends que si, la gauche et la droite ce n’est pas la même chose…

 

Emmanuel Macron nous a dit qu’il n’était ni de gauche ni de droite, on a vu et l’on voit encore ce que cela a donné : dès son arrivée, il a donné beaucoup aux plus riches d’entre nous et rien à ceux qui en avaient besoin. Mieux encore, si l’on peut dire : il est allé faire les poches des plus nécessiteux : deux exemples dont vous vous souvenez sûrement : les étudiants à qui il a piqué 5 euros et les retraités à qui il en a pris 50 !

 

Le maire de Bolbec n’est pas en reste : lui aussi nous a dit qu’il n’était ni de gauche ni de droite. Cela ne l’a pas empêché, en 2017, de soutenir la députée Estelle Grelier, candidate aux élections législatives pour le Parti socialiste avec le résultat lamentable que l’on sait.

 

Comme je vous le disais, ma liste n’est toujours pas arrêtée, et j’ai l’intention de la compléter au fur et à mesure des rencontres. Il en sera de même pour mon programme. Nous allons continuer à aller à la rencontre des Bolbécais afin de recueillir leurs doléances et leurs voeux avant d’arrêter notre liste et de boucler notre programme. Ceci dit, je peux d’ores et déjà vous affirmer que ce dernier reposera sur ce triptyque : la Démocratie, l’Ecologie et le Social.

Mais ce qui est sûr, c’est que dès notre arrivée aux affaires, nous nous attaquerons en priorité à lutter contre les inondations, nous nous attacherons à faire venir des médecins, nous redonnerons vie à notre commerce et notamment dans notre rue piétonne et un travail à ceux des Bolbécais qui n’en ont pas, autant que faire se peut. Sans oublier ni l’éducation ni la cohésion sociale, dont vous savez bien sûr à quel point elles sont chères à mon coeur !
 
Je ne dis pas que ce sera facile comme je ne dis pas que le maire sortant est responsable de tous nos maux. Je dis qu’après douze ans passés à la mairie, la majorité sortante doit sortir. Il est temps que nous fassions confiance à une équipe plus dynamique, et à un sang frais pour régénérer et oxygéner notre ville. Il est temps d’essayer d’autres manières et d’autres recettes, avec des femmes et des hommes nouveaux, tout en comptant sur l’expérience de ceux qui ont déjà eu à gérer les affaires de la cité par le passé, comme JOEL CHOULANT, qui a été premier adjoint de MICHEL HAVARD de 2001 à 2008 ou encore votre serviteur.
 

Voici brossées rapidement et sommairement les raisons pour lesquelles nous sommes là et tout ce travail qui nous attend vous et moi.

 

Il y aurait tant à dire encore mais je vais m’arrêter là, comme je vous l’ai promis, car comme vous le verrez, je suis un homme de parole ; pour moi : chose promise chose due !

 

Je laisse la parole circuler, n’hésitez pas à la saisir !

Merci pour votre aimable attention.