Un journal local qui organise à Fécamp une soirée débat avec les têtes de listes aux élections municipales, cela semblait être une bonne idée…Mais quelle déception !
 
L’Agglo, la collectivité territoriale incontournable a été totalement absente du débat. Dès la présentation des candidats, Ghislain Annetta, rédacteur en chef du Courrier Cauchois, omet de préciser que Madame Poussier-Winsback est aussi l’actuelle présidente de l’Agglomération Fécamp Caux Littorale. Peut-être n’a-t-il pas souhaité mettre l’accent sur le cumul de mandats de celle qui en début de mandature se déclarait « maire à 100 % » alors qu’elle est aussi vice-présidente de la Région Normandie ?
 
À aucun moment n’a été abordé le rôle primordial de l’Agglo alors que cette collectivité prive les communes de leurs compétences et de leur souveraineté, et éloigne le citoyen du lieu de décisions. Les organisateurs du débat ignorent-ils que ces élections ne sont pas seulement municipales mais qu’elles vont permettre d’élire les conseillers communautaires ? Peu de personnes ont conscience de l’importance de ce double scrutin… C’est donc une occasion manquée.
 
Nous aurions aimé entendre le point de vue des candidats sur le renouvellement cette année de la délégation de service public des transports en commun. Ce renouvellement sera-t-il enfin l’occasion d’une véritable mise en œuvre de cette compétence communautaire depuis la création de l’Agglo au 1er janvier 2015 ? Sera-t-il l’occasion de mettre fin à un traitement tout aussi injuste qu’inégalitaire qui crée deux catégories de citoyens : les fécampois qui disposent d’un réseau de bus à prix modique et les 20 000 habitants des 32 autres communes qui n’ont pas d’autre choix que d’utiliser les véhicules personnels pour se déplacer sur le territoire avec les frais et la pollution qui en découlent ?
 
Nous aurions aimé entendre le point de vue des candidats sur le traitement du mode de financement très inégalitaire des ordures ménagères qu’il faudra bien arriver à harmoniser. Les habitants de l’ex communauté de communes de Valmont sont assujettis à la TEOM (taxe d’enlèvement des OM), basée sur la valeur locative du bien occupé et donc très élevée pour une personne seule occupant une maison bien cotée. Les habitants de l’ex communauté de communes de Fécamp sont eux assujettis à la REOM (redevance d’enlèvement des OM), basée sur le nombre de personnes au foyer, fiscalité plus juste. Sur quelle base les habitants du territoire seront-ils traités à égalité, vers le haut, vers le bas ? On n’en saura rien.
 
Nous aurions aimé entendre le point de vue des candidats sur l’harmonisation des tarifs de l’eau et de l’assainissement, compétences reprises par l’Agglo au 1er janvier 2020. L’harmonisation se fera-t-elle par le haut au détriment des fécampois qui payent l’eau 28 % moins chère que leurs proches voisins ?
 
Nous aurions aimé entendre le point de vue des candidats sur l’harmonisation de l’action sociale. Un traitement actuellement inégalitaire suite au maintien du CIAS (Centre intercommunal d’action sociale) de l’ex comcom de Valmont, le maintien du CCAS de Fécamp et l’absence de certains CCAS communaux
 
Nous aurions surtout aimé ne pas assister comme cela a été le cas, à un règlement de comptes entre l’ancien maire mauvais joueur et bien aigri et la première magistrate, nous rappelant les insupportables conseils municipaux de cette mandature qui par leur ambiance, ont fait que les fécampois se sont éloignés de l’intérêt qu’ils devraient porter à la gestion municipale.