AVERTISSEMENT


Le docteur Philippe Ledoux, l’un de nos très fidèles lecteurs nous a adressé le mail suivant :

envoyé : 13 mai 2020 à 21:19
de : Philippe LEDOUX 
à : contact@defi-9eme.fr
objet : diffamation

Madame la directrice, Monsieur le directeur de la publication

Il a été porté à ma connaissance que l’un de vos articles numériques htttp://defi-9eme.fr/2020/04/30/le-rouge-gorge-qui-veut-se-faire-plus-gros-que-le-boeuf-trempe-ses-plumes-dans-le-fiel/ me mettait nommément en cause. Mon conseil juridique confirme au vu des captures d’écran qui lui ont été envoyées que les 2ème et 3ème phrase du premier alinea ainsi que la 1ère phrase du second alinea sont constitutives d’une infraction aux articles 29 et 32 de la loi du 29 juillet 1881 relative aux propos diffamatoires publics. Il vous est donc demandé de procéder sous huitaine au retrait des phrases incriminées. A défaut, plainte sera déposée à votre encontre

Dans l’attente d’une réponse conforme à la loi, je vous prie de croire Madame, Monsieur, en l’expression de mes salutations

Dr Ph Ledoux

 

C’est tremblant face à la menace et la peur au ventre de nous retrouver embastillés les fers aux pieds ou soumis à une très forte amende que nulle cagnotte en ligne ne saurait combler… Trêve de plaisanterie. Nous avons toujours préféré, aux invectives, des débats argumentés. Les propos de Rouge gorge (ci-dessous) nous ont amené à réagir vivement. Cela nous vaut une menace de poursuites judiciaires. Persuadés que le débat politique a tout à perdre d’interminables procès, nous décidons donc d’appliquer « l’ordonnance » du docteur Ledoux et modifions notre dernier article.


Article modifié :
 
Le Rouge gorge qui trempe sa plume dans le fiel, salit de nouveau les Insoumis fécampois qu’il hait au plus haut point. Morceaux choisis : « La France Insoumise préfère faire cavalier seul en organisant une scission du collectif Fécamp, à vous de décider ; LFI marque contre son camp ; La France Insoumise tire dans le dos de l’union de la gauche ; des apprentis sorciers réunis autour de Stéphane Talbot ; Stéphane Talbot, le candidat de la France Insoumise. »
 
Dès février, le volatile communiste relançait donc ses attaques contre la France insoumise. Nouvelles piques mensongères disons-nous, car au cours du second semestre 2019, le Rouge Gorge s’était calmé et avait épargné les Insoumis. C’en était terminé des perfides attaques contre ses alliés d’alors. Communistes et Insoumis travaillaient de concert pour les municipales à la constitution d’une liste citoyenne. Une liste de Gauche sans logos de partis et sans Estelle Grelier. L’ex secrétaire d’État d’un gouvernement Valls et actuelle lobbyiste à la SAUR, émarge à 300 000 € par an pour vanter auprès des élus locaux les mérites de la gestion privé de l’eau. Cela confirme qu’elle a tourné le dos à un mode de gestion cher aux Insoumis : la gestion citoyenne et publique de l’eau et de l’assainissement.
 
Fin 2019, réunions publiques et ateliers d’écriture du programme s’enchaînaient dans l’enthousiasme d’une forte mobilisation citoyenne retrouvée. Puis, patatras… la belle alliance se brisa ! Patrick Jeanne en retrait, observait et louait la démarche collective tout en rongeant son frein de voir son poulain qui devait assurer sa succession (c’est comme ça au PS, un peu comme en monarchie), être tenue à l’écart. Début janvier, Patrick Jeanne invite Jacques Louiset, le secrétaire de la section PCF à le rejoindre pour constituer une liste qui n’avait que pour seul objectif de maintenir Estelle Grelier dans la course des ministrables.
 
Le communiste n’est pas à une trahison près : habitant Les Loges, il avait déjà avoué très tardivement au collectif qu’il avait loué un bien à Fécamp pour être éligible. Après avoir rencontré Patrick Jeanne sans les Insoumis, Jacques Louiset lâche donc la belle démarche citoyenne pour rejoindre l’ex députée, louant alors les qualités de celle qu’hier encore, il repoussait. C’en était fini pour lui de l’action collective et de la liste citoyenne sans étiquette de partis. Retour à l’ancienne et bienvenue dans la soupe aux logos : PCF, PS, EELV (des écologistes de la dernière heure…), Génération-s, Les Radicaux de Gauche, GDS (ces derniers partis totalement absents des luttes locales). Lors de la présentation houleuse de la liste au public et sous la pression des militants cégétistes, exit Estelle Grelier. Dehors !
 
Sans le revirement de Jacques Louiset, Patrick Jeanne aurait-il été en mesure de monter une liste ? Nous nous permettons d’en douter ! Ces gens prouvent par leur attitude qu’ils ne croient ni au collectif, ni à la reprise du pouvoir par les citoyens.
 
Jacques Louiset ne manqua pas d’adresser à ses anciens alliés une lettre de menace de poursuites judiciaires en cas d’utilisation de l’appellation Fécamp à vous de décider, libellé défini collectivement et que le PCF avait sournoisement déposé… Cerise sur le gâteau, le communiste laissa aux Insoumis l’ardoise des frais engagés par le collectif…
 
Et depuis ces tripatouillages à l’ancienne, à chaque numéro le volatil réécrit l’histoire… Il se déchaîne et tire à boulets rouges (!) sur les Insoumis usant d’arguments les plus mensongers.
 
Est-ce là le moyen de gagner le prochain scrutin ? Les électeurs jugeront et en décideront.
 

 



 
Hors article, pour mémoire. Morceaux choisis :
Aux dernières nouvelles, La France Insoumise a préféré faire cavalier seul, organisant une scission du collectif « Fécamp, à vous de décider. » (Le Rouge Gorge février 2020)
 
A Fécamp, après avoir orchestré une scission du collectif « Fécamp, à vous de décider » et avoir exigé à cor et à cri l’éviction d’Estelle Grelier, on pouvait penser que le retrait de la candidature de cette dernière permettrait le rassemblement de toutes les forces de gauche. Mais non, LFI a décidé de déposer une liste concurrente à celle qui unit communistes, socialistes, écologistes, pour la plus grande joie de la droite. (Le Rouge Gorge, 12 février 2020)
 
La France Insoumise tire dans le dos de l’union de la gauche. Les méandres et les virages à 180° de la stratégie de LFI deviennent bien difficiles à suivre. Après avoir fait de l’éviction d’Estelle Grelier la condition de leur participation à la liste d’union de la gauche, les dirigeants locaux de LFI ont finalement décidé de déposer une liste aux élections municipales de Fécamp bien qu’Estelle Grelier se soit retirée, et cela en dépit de la place que communistes, socialistes, écologistes étaient prêts à leur faire. En foot, on appelle çà marquer contre son camp. Si la liste d’union de la droite et des macronistes conduite par Mme Poussier-Winsback gagne les élections, on saura à qui on le devra… (Le Rouge Gorge, 26 février 2020)
 
Pour LFI, la spirale du déclin se poursuite à Fécamp : 22,46 % à l’élection présidentielle, 11,3 % à l’élection législative de 2017, 7,65 % à l’élection européenne et 6,3 % à cette élection municipale. Le refus de participer à la liste d’union de la gauche et des écologistes s’est donc payée cash pour les troupes de Mélenchon. Mais, à 19 voix près, cette liste dissidente a bien failli permettre à Mme Poussier-Winsback d’être élue au 1er tour, confirmant ainsi la justesse de l’analyse que faisait le PCF des apprentis sorciers réunis autour de Stéphane Talbot et de sa volonté « d’ouvrir les chakras » des fécampois, comme il le proclamait lors du débat organisé par le journal « le Courrier Cauchois ». (Le Rouge gorge, 28 mars 2020).
 
Nous avons eu un peu plus de mal à retrouver la trace de Stéphane Talbot, le candidat de la France Insoumise. Actuellement, il fait des vidéos présentant ses ateliers hors sol, que nous vous laissons le soin de découvrir par vous-mêmes… (Le Rouge gorge, 24 avril 2020).