En 2015, la loi « de croissance et d’activité » a modifié les règles sur le travail dominical et nocturne. Alors que dans les commerces de détail, le repos dominical pouvait être supprimé 5 dimanches par an après décision du maire, depuis 2016 la loi Macron a étendu le nombre de dimanches concernés à 12. Chaque année avant le 31 décembre, le maire prend une décision après avis du conseil municipal.
 
Pour ou contre le travail le dimanche ? Le débat n’est pas nouveau. Les pros du travail dominical affrontent les antis, mais il semble qu’à Fécamp, le sujet ne fasse pas débat. Au cours du dernier conseil municipal de 2019, c’est à l’unanimité que les élus de la majorité et ceux de l’opposition ont voté pour que certains magasins soient ouverts 12 dimanches en 2020.
 
Étonnante unanimité pour une mesure très libérale !
 
Le travail le dimanche est une aberration sociale et écologique en mettant les citoyens au service d’un consumérisme aveugle qui détruit la vie de famille et la cohésion sociale de nos territoires. Ces ouvertures le dimanche s’inscrivent également dans un contexte de fort environnement concurrentiel et très défavorable aux commerces de proximité, d’autant que le pouvoir d’achat des consommateurs n’est pas extensible.
 
Les Insoumis fécampois tiennent à réaffirmer que l’intérêt des citoyens n’est pas de travailler toujours plus souvent et plus longtemps, mais bien d’avoir le temps et les moyens financiers nécessaires pour profiter de leur vie en famille et entre amis.