⇒ Votre: article dans le PN : Fécamp municipales 2020
 
Madame Gesquière,
 
Suite à mon court sms, un mail me permet de développer plus longuement le déroulé exact de la campagne, ce qu’un travail journalistique série ux aurait dû établir.
 
Vous écrivez :
Une campagne qui avait d’abord été empoisonnée, à gauche, par la guéguerre opposant les socialistes aux Insoumis. C’est la socialiste Estelle Grelier, ex-secrétaire d’État, un moment pressentie pour mener la liste de gauche, qui avait fait les frais de cette zizanie, contrainte d’abandonner la bataille des municipales à Fécamp. Résultat : l’ancien maire socialiste Patrick Jeanne avait repris le flambeau pour croiser le fer face à la maire sortante divers droite Marie-Agnès Poussier-Winsback. Son objectif : reconstruire la gauche. Son union s’est faite avec les écologistes et les communistes mais sans les Insoumis qui se sont ralliés à une équipe citoyenne pour monter une troisième liste.
 
Puisqu’il semble nécessaire de rappeler une énième fois l’historique de cette campagne. En mai 2019 les Insoumis adressent une lettre ouverte aux fécampois (la presse en était destinataire, voir PJ). Extrait :
 
« Pour nous, Insoumis fécampois, un collectif devra décider démocratiquement de l’organisation de la campagne, du contenu du programme et au moment venu de la composition de la liste et de sa tête. Priorité aux idées, au programme et à l’implication du citoyen. Notre programme évolutif interdit toutefois toute compromission avec ceux qui ont soutenu ou accompagné les politiques désastreuses et antisociales des dernières mandatures présidentielles. Sur ces prérequis, les Insoumis fécampois se rendent disponibles. »
 
Ce n’est que le 4 juillet que les représentants des partis politiques de gauche se rencontrent : Michel Bertel pour GDS, Patrick Jeanne à titre personnel car non mandaté par la section PS, Jacques Louiset pour le PCF, Nicole Delsart et moi-même pour LFI. C’est l’occasion pour LFI de préciser de vive voix sa démarche et de réaffirmer clairement que les Insoumis ne seront jamais associés sur une liste avec Estelle Grelier (dans l’hypothèse de sa présence, les Insoumis ne participeraient pas). Seul le PCF adhère à la proposition des Insoumis. Michel Bertel et Patrick Jeanne prennent acte.
 
Début septembre, seconde rencontre. Patrick Jeanne est cette fois mandaté par la section PS, Estelle Grelier l’accompagne. Dès sa première intervention Patrick Jeanne déclare qu’il ne faut pas revenir sur ce qu’Estelle Grelier a fait au national  mais seulement considérer le travail réalisé localement. Pour lui, elle est donc légitime à mener une liste. C’est ce que confirme Estelle Grelier. Les Insoumis réexpliquent la démarche qui permettra de choisir le tête de liste seulement après la rédaction du programme par les fécampois. Il y a donc divergence sur la stratégie. Jacques Louiset confirme que pour le PCF, la présence d’Estelle Grelier est rédhibitoire et qu’il travaillera avec les Insoumis à la constitution d’une liste citoyenne sans étiquette des partis.
 
L’assemblée citoyenne du 14 novembre 2019 en salle du CCAS permet de présenter publiquement la démarche et de réaffirmer qu’Estelle Grelier n’est pas la bienvenue. Patrick Jeanne et des membres du PS quittent la salle. S’en suivent quatre ateliers du programme dans les maisons de quartier (St-Jacques le 28/11, Le Ramponneau le 5/12, Maison du Port le 12/12 et CCAS le 19/12). Au grand plaisir des Insoumis et du PCF, des citoyens non encartés s’impliquent dans la démarche « Fécamp : A vous de décider ! », la rédaction du programme progresse et quelques candidatures potentielles apparaissent.
 
Le 5 janvier 2020, Patrick Jeanne écrit à Jacques Louiset : « Bonjour Jacques , je te souhaite une excellente année , je viens de rentrer et je découvre l’ article de presse , LFI confirme à propos d’ Estelle et ne semble pas vouloir d’union, dans ces conditions je vais m’ engager à conduire une liste de rassemblement dans laquelle le PC sera le bienvenu , en nous associant nous pouvons envisager la victoire ….je reste à disposition amicalement Patrick ».
 
Contrairement à ce qu’affirme Patrick Jeanne, LFI souhaite l’union mais sans Estelle Grelier… Jacques Louiset va renier ses engagements. Il quitte la démarche « Fécamp : A vous de décider ! » pour rejoindre la  seconde liste à gauche que lance Patrick Jeanne et sur laquelle Estelle Grelier est annoncée. C’est lors de la présentation publique de la liste et sous la pression de Laurent Houssaye et d’une partie de l’assemblée qui considère qu’ « Estelle Grelier ne peut pas représenter la gauche à Fécamp », que Patrick Jeanne met fin à la réunion publique en annonçant qu’ « Estelle se retire »…
 
Donc contrairement à ce que vous affirmez dans votre article, « l’ancien maire » n’a pas repris le flambeau après qu’Estelle Grelier ait été contrainte d’abandonner : Estelle Grelier a été contrainte d’abandonner sous la pression de la CGT, après que Patrick Jeanne ait décidé de monter une liste pour la mettre en avant.
 
Autre contre vérité, les Insoumis ne se sont pas « ralliés à une équipe citoyenne pour monter une troisième ligne ». Les Insoumis étaient les initiateurs et les animateurs d’une démarche citoyenne qui travaillaient à l’élaboration du programme et à la constitution de la première liste dont la presse parlait.
 
Vous noterez également que si la liste est apparue en janvier sous l’appellation « Fécamp citoyenne, écologique et solidaire » c’est parce que Jacques Louiset a menacé par lettre recommandée (copie ci-dessous) les référents LFI de poursuites judiciaires s’ils continuaient à utiliser le libellé « Fécamp : à vous de décider ! » choisi collectivement et que le PCF avait semble-t-il déposé sans nous en parler…
 
Vu la présentation biaisée de votre article, il me semble important de rétablir la vérité sur le déroulé de cette campagne. Il serait correct que vos lecteurs en soit également tenus informés.
 
Cordialement
Jean-Luc DRON
 
@GA HTES FALAISES